New deal 4 Europe

New deal 4 Europe

Cliquez sur l’image pour accéder ou site

La signification de l’Initiative citoyenne européenne (ICE) pour
un Plan européen extraordinaire de développement durable
et pour la création d’emplois

 

Cinq ans après la crise économique et financière la plus longue et la plus profonde à laquelle l’Europe ait dû faire face depuis la deuxième guerre mondiale, il est de plus en plus évident que la gouvernance européenne existante n’a pas encore mis sur pied une politique économique européenne efficace pour surmonter la crise.
L’Union européenne (UE) actuelle est sur la voie d’un déclin politique et économique qui a un impact considérable sur la cohésion sociale, la crise morale et l’identité de l’Europe. La croissance importante du chômage des jeunes et le manque de compétitivité de l’industrie européenne sont les signes évidents d’une crise profonde. Et l’explosion de l’anti-européisme et des populismes représente le symptôme de ce déclin. Les gouvernements nationaux de l’ eurozone sont principalement responsables de cet échec. A ce jour, ils n’ont pas été capables de construire un gouvernement fédéral, véritable bouclier contre la crise internationale. Au contraire, ils ont préféré maintenir une souveraineté fictive sur la politique économique, ce qui empêche l’Europe d’avoir un budget adéquat pour booster les investissements et le développement. Et ils continuent à nourrir l’illusion qu’il est possible de faire marcher une « croissance économique » au niveau national. C’est une farce. Premièrement, les ressources nationales se perdent dans des milliers de flux de dépenses, c’est pourquoi elles sont peu abondantes et inefficaces. Deuxièmement, la gestion de certains services publics au niveau national (par exemple la défense et l’énergie) représente un immense gaspillage de ressources financières. Au contraire, une défense européenne unifiée et un réseau européen pour l’énergie garantirait des économies importantes qui pourraient être utilisées pour financer de gros investissements, pour réduire l’imposition des citoyens et des entreprises et pour maintenir un haut niveau de bien-être. Les conséquences du manque d’un gouvernement européen démocratique, seul capable d’affronter la crise avec succès, sont doubles. Premièrement, l’hégémonie politique des pays les plus forts est assurée. Deuxièmement, ces derniers sont poussés à imposer aux pays plus faibles, des politiques néo-libérales, orientées vers le marché et donc capables de garantir un ordre hégémonique au sein de l’UE. Il faut changer profondément ces politiques. En commençant par une demande forte de placer les raisons de l’intérêt public européen au cœur des politiques économiques et donc en demandant la création de biens publics européens. Pour cela, un gouvernement démocratique européen est nécessaire pour mettre en valeur cet « intérêt », pour réaliser les actions pertinentes et fournir de tels biens. Et en commençant par une mobilisation des citoyens européens réclamant de telles politiques économiques de la part des institutions européennes. L’ ICE pour un « Plan européen extraordinaire de développement durable et pour la création d’emplois » que nous allons envoyer le plus rapidement possible à la Commission européenne, conformément à l’art. 11 du Traité de Lisbonne, représente la première requête actuelle, basée sur la démocratie participative, pour changer la politique d’austérité en Europe.
Le Plan extraordinaire que nous réclamons met en lumière quatre concepts-clé. Premièrement il doit être européen, c’est-à-dire qu’il doit être géré directement par la Commission. Deuxièmement, il doit être extraordinaire, c’est-à-dire géré en dehors du budget actuel de l’UE qui ne peut plus être augmenté. Troisièmement, il doit être orienté vers d’important investissements dans les domaines de la recherche et développement, l’innovation technologique, les infrastructures européennes, l’environnement et les sources alternatives d’énergie, la cohésion sociale et l’emploi des jeunes. Et ce n’est pas le moindre, il doit être financé par des ressources propres telles que la taxe sur les transactions financières (TTF) et la taxe carbone. Ces taxes peuvent être utilisées directement pour financer les investissements et/ou comme garantie pour soutenir l’émission de projet bonds destinés à des investissements spécifiques et financés en collectant des capitaux sur le marché international. Si un million de citoyens européens signent la demande d’un tel Plan, un nouveau scénario politique apparaîtra en Europe par l’intervention d’un nouvel acteur dans le jeu politique: le peuple européen. Et rien ne sera plus pareil.

Un tel changement dépend de chacun de nous. Avant tout par la volonté, issue des couches sociales les plus avancées en Europe, d’affirmer le droit d’avoir leur
propre gouvernement européen, capable d’affronter la crise économique et sociale et d’agir dans la perspective de l’intérêt public européen et plus avec
une politique intergouvernementale du Conseil européen guidée par le marché.
Les fédéralistes européens et d’autres mouvements de la société civile vous invitent à rejoindre la Campagne pour l’Initiative Citoyenne Européenne pour avoir une Europe capable de donner une perspective concrète aux jeunes générations, grâce à un « Plan européen extraordinaire de développement durable et pour la création d’emplois».

Pour continuer à lire cliquez ici

By | 2017-10-07T13:55:49+00:00 février 7th, 2014|Categories: Agriculture, Biens communs, Culture, Emploi et protection, Mondialisation, Société Civile|

About the Author: